Olivier SERVA dit « non à la prescription » des faits de pollution de nos terres au chlordécone qui ont contribué à rendre malades de nombreux compatriotes et souscrit totalement au combat des victimes pour la reconnaissance juridique de leurs souffrances et pour leur réparation.

Je signe

 

 

Non à la prescription

Lettre au Président de la République

 

RL.2021.012. Courrier OS - PR