EN CIRCONSCRIPTION

Rencontre avec les responsables de l’UFOLEP

Le 30 avril, j’ai rencontré le Président du Comité Régional UFOLEP (Union française des œuvres laïques d’éducation physique) des Iles de Guadeloupe, M. Serge BARRU, en présence de M. Dévrick FAHRASMANE, directeur régional et de M. Freddy LOBEAU, secrétaire adjoint.

Présente sur le territoire depuis 1951, l’UFOLEP, fédération multisports promeut le sport éducation, le sport loisir et le sport société par le biais des formations PSC1, CQP ALS, captain rescousse.
Un échange fructueux et sincère sur les actions en cours ainsi que sur les projets futurs, tel que le parcours coordonné pour notre jeunesse guadeloupéenne.

Sensible aux actions du CRUFOLEP Guadeloupe, mon engagement est de les accompagner au mieux, en favorisant les échanges avec les différents ministères ainsi que la Région, pour assurer la pérennité de leur action grâce aux fonds dédiés.

Déblocage de l’usine de Marie-Galante

Le dossier de l’usine sucrière de Grande-Anse à Marie-Galante a pris une tournure nouvelle, suite à la panne survenue le 14 avril dernier. C’est un coup d’arrêt brutal qui est venu frapper la campagne sucrière 2021. J’ai souhaité néanmoins rassurer les planteurs quant à la poursuite de mon engagement en leur faveur. L’unité sucrière de Grand-Anse fait bien partie du patrimoine guadeloupéen et marie-galantais. Après avoir rencontré l’ensemble des acteurs, tant à l ‘échelle locale que nationale, je continue à défendre sans réserve le devenir de la canne issue des terres de ma circonscription.

J’ai pris acte des engagements formulés par la Région Guadeloupe, laquelle a annoncé vouloir assumer le coût du transport maritime de la canne de l’usine de Grande-Anse vers la Guadeloupe et l’usine Gardel. J’insiste sur le fait que cette solution doit être temporaire et ne doit en aucune mesure, légitimer le retard pris pour procéder au rétablissement de la ligne de production.

Je souhaite que l’ensemble des aides proposées aux planteurs et au soutien de la filière canne, soient pérennisées, incluant la prime bagasse et ce quel que soit le modèle de production retenu. Toutefois et afin de parer tout nouvel incident de même nature, je réitère l’absolue nécessité de doter l’usine de Marie-Galante d’équipements modernes.

J’ai aussi rencontré le Préfet M. Alexandre ROCHATTE et je fais la demande de réunir l’ensemble des parties prenantes afin qu’une position claire et définitive soit prise quant au devenir de cette usine, dans l’intérêt des planteurs et de Marie-Galante.

La solution de transbordement temporaire des cannes à Gardel n’a pas remporté l’adhésion immédiate de tous les acteurs de la filière et des blocages ont pu être constatés sur l’ile au moment où les premiers essais devaient débuter. Après une semaine de négociations intenses avec tous les acteurs de la filière, l’Etat, les collectivités Région et Département, CCMG, la SA SRMG, les collectifs, les syndicats de planteurs, les syndicats de salariés, nous avons pu arriver à un protocole d’engagement permettant la levée des barrages. L’accord prévoit notamment le test d’une solution d’électrification concomitamment au test du transbordement des cannes à Gardel, le maintien du revenu des salariés de l’usine grâce à un engagement, de l’état, de la Région, du Département et de l’usinier. Il est par ailleurs prévu la venue à Marie Galante d’une mission interministérielle Cet appui devrait permettre à l’ensemble des acteurs concernés sur ce territoire, collectivités, acteurs agricoles, du tourisme et plus largement socio-économiques et culturels, scientifiques et universitaires d’évaluer le potentiel et de faire émerger une vision globale cohérente. Cette orientation partagée donnera lieu à la définition d’un ensemble de projets et à leurs articulations à court ou moyen terme en vue d’une réalisation permettant le développement durable et équitable de l’île.

Je continuerai à être un facilitateur entre les différentes parties prenantes afin que Marie Galante ne perde pas son usine et plus généralement afin de contribuer à trouver des solutions de long terme pour le développement économique de l’ile.

Retrouvez mon intervention au journal télévisé ici

A L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Devenir de la sucrerie de Grand-Anse à Marie-Galante

Dans la continuité de la discussion sur l’avenir de l’usine de Marie-Galante, le vendredi 21 mai à Matignon, j’ai rencontré cinq conseillers ministériels, en présence des conseillers du Premier Ministre Jean CASTEX.

Cette rencontre à mon initiative, vient parachever la signature du protocole d’engagement de remise en état de fonctionnement, de réparation et de modernisation de l’usine de Marie-Galante, signé par les parties en présence le 15 mai dernier.

Conformément aux engagements formalisés au sein de la partie III dudit protocole, je me suis assuré de mobiliser les compétences interministérielles de l’État, en faisant acter la venue d’une mission d’inspection portant sur l’avenir et les conditions de fonctionnement de la sucrerie de Marie- Galante et ce dès le mois de juin 2021.

Ayant démontré avec aisance les nombreux atouts du « Joyau marie-galantais » nous avons pu convaincre de l’intérêt de la venue d’une seconde mission, chargée cette fois de travailler en faveur du développement et de l’attractivité de Marie-Galante.

Examen du projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire

Du 18 au 20 mai s’est déroulé au sein de l’hémicycle à l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire.

J’ai présenté huit amendements en séance suite à la première consultation citoyenne que j’ai lancé. Je tiens d’ailleurs à remercier votre participation active.

Dans le cadre de l’examen de l’article 2 du projet de loi relatif à la confiance dans l’institution judiciaire, j’ai défendu un amendement visant à appliquer un délai d’enquête pénale de 5 ans, soit celui retenu pour les actes terroristes.
L’objectif étant de faciliter la poursuite pénale des auteurs d’infractions environnementales et d’écocides.

J’ai obtenu une clause de revoyure du Ministre de la justice, une fois le premier bilan de l’installation des juridictions environnementales spécialisées réalisé. Celles-ci viennent en effet d’être installées, au mois d’avril dernier. Je garderai donc ce dossier ouvert et ma vigilance renforcée.
Il n’y aura pas de deuxième scandale chlordécone.

J’ai aussi défendu un amendement visant à créer un conseil de discipline interrégional pour discuter des manquements des avocats des barreaux de Guadeloupe et Saint-Barthélemy, de la Martinique et de la Guyane.

Un conseil mixte composé d’avocats majoritairement issus des barreaux extérieurs à celui de l’avocat poursuivi, de manière à trancher sans parti pris, dans l’intérêt des plaignants. Je connais la mobilisation des barreaux de Guadeloupe, Saint-Barthélemy, Martinique et Guyane sur cette question.

Retrouvez mes deux interventions en séance :

1ere intervention
2eme intervention


Dans le cadre de ce projet de loi, j’ai procédé à un appel à consultation citoyenne.

Échange avec l’Union francophone

Le 20 mai, j’ai participé à un petit-déjeuner de travail à l’initiative de l’Union francophone pour les 3èmes rencontres de l’Océan indien pour traiter la place des GAFA et du numérique au sein de l’espace francophone.

Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial

Le dimanche 23 mai, journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial, j’ai assisté avec les élus et les associations à plusieurs commémorations.

Dans la ville du Blanc-Mesnil autour de la stèle de Louis DELGRES, à Sarcelles sur la place Jean-Pierre PASSE-COUTRAIN où des gerbes ont été déposées aux pieds de la statue appelée la Gardienne de vie et le mémoriel des noms.

J’ai clôturé cette journée dans la ville de Saint-Denis en présence de M. Mathieu HANOTIN, et de Madame la Ministre Nadia HAI.

Je félicite l’association CM98 à l’initiative de ces événements pour ces belles commémorations en hommage aux victimes.

Retrouvez un extrait de mon déplacement ici.