EN CIRCONSCRIPTION

Élection du nouveau Président du Conseil départemental

Le 1er juillet 2021, j’ai assisté avec beaucoup de plaisir à l’élection du Président du GUSR, Guy LOSBAR en tant que président du conseil départemental.

Avec cette élection, nous nous dirigeons vers une dynamique cohérente dans l’exercice des politiques publiques locales pour la Guadeloupe.

Prendre des décisions concertées entre la Région et le Département, en dehors de tout clivage politique, pour favoriser la réussite pour notre île et dans tous les domaines.

Je continuerai bien entendu à être aux côtés des conseillers départementaux, à chaque fois que cela sera nécessaire, en faisant le relais au niveau national des problématiques rencontrées pour y apporter des solutions dans l’intérêt guadeloupéen.

Retrouvez la video ici

Investiture au Conseil Régional

Le 2 juillet 2021, c’est avec enthousiasme que j’ai pris part à l’installation du Conseil Régional avec son Président Ary CHALUS et de la commission permanente à Basse-Terre.

L’occasion aussi de congratuler les élus de cette mandature, avec qui j’ai pu échanger avec grand plaisir. Je sais qu’ils auront à cœur de faire avancer les dossiers de la Guadeloupe et des Abymes tout particulièrement.

Retrouvez les photos ici.

 

Journée nationale de célébration de la police nationale

Le 9 juillet, j’ai été représenté par mon collaborateur parlementaire à la cérémonie d’hommage à nos policiers morts pour la France dans l’exercice de leurs fonctions.

Je tiens à saluer en toute sincérité leur mémoire mais aussi rendre hommage à nos valeureux policiers qui n’ont pour seul objectif : être à notre service et nous protéger.

Convention entre Jeunesse Outre-mer et les services de l’État

 Le 9 juillet, j’ai été représenté par mon collaborateur parlementaire lors de la signature de la convention entre M. Alexandre ROCHATTE, Préfet de Guadeloupe et M. Loïc LOUSY-LOUIS, délégué général de Jeunesse Outre-mer, 1er réseau professionnel des jeunes d’Outre-mer qui conseille, accompagne et finance tout porteur de projet en partenariat avec Iresa formation dirigée par Mme FELIX-HENRY et M. MARAGNES (Misié Sadik).

C’est un consortium au service de la jeunesse qui entre dans le projet France relance décliné ici en Guadeloupe avec une dotation de 100 000 € dans un premier temps.

Hommage à M. Jovenel MOISE, Président de la République d’Haïti

 

Le 23 juillet à l’Esplanade Felix PROTO aux Abymes, c’est en toute humilité et dans un esprit de communion fraternelle que j’ai assisté à ce moment de recueillement en l’honneur du président de la République d’Haïti M. Jovenel MOISE, lâchement assassiné le 07 juillet 2021.

Cette date marque un jour sombre pour toute la communauté haïtienne.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du Consul d’Haïti, M. Karl-Édouard SAINT-RÉMY, du Vice-Consul, M. Markenzy CASIMIR, du Pasteur, M. Josias OPONT et de nombreuses autres personnalités politiques et de la société civile.

Retrouvez mon allocution ici.

Usine de Marie-Galante

Le 28 juillet, je me suis rendu à Marie-Galante dans le cadre du comité de suivi de la réparation de l’usine.

J’ai pu visiter le chantier à l’usine de Grand Anse en présence des représentants des institutions de l’État et du Sous-préfet M. Bruno ANDRE pour constater l’avancée des travaux de réfection et en particulier le démontage de la chaudière principale.

Retrouvez l’intégralité de la visite ici.

A L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Webinaire : La vaccination contre la covid-19

Face à la gravité de la situation sanitaire aux Antilles, le mercredi 11 août, j’ai organisé un webinaire interactif ayant pour thème la vaccination contre la covid-19 en question avec des professionnels de santé.

Les intervenants présents :
• Serge ROMANA, professeur de médecine, généticien et chef du service histologique, embryologie et cytogénétique de l’hôpital Necker-Enfants malades.
• Patrick PORTECOP, chef de service du SAMU du CHU Guadeloupe
• Chantal PICHON, chercheuse au Centre de Biophysique Moléculaire au CNRS à Orléans
• Emmanuel GORDIEN, médecin virologue
• Régine RICHARD, infirmière en réanimation au CHU

L’objectif de ce webinaire était que les scientifiques puissent apporter des réponses précises à tous les questionnements de la population afin que la décision de se faire vacciner ou non soit prise de façon éclairée.

Retrouvez l’intégralité du webinaire ici.

Commission d’enquête parlementaire relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences

Le jeudi 15 juillet 2021, les membres de la Commission d’enquête relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences ont adopté à l’unanimité le rapport.

Après 81 auditions, 245 personnes entendues, 2 déplacements à Vittel et en Guadeloupe, 76 propositions ont été présentées satisfaisant des constats préalablement posés et des responsabilités admises.

Les différentes situations examinées n’ont pas forcément permis à la Commission d’enquête de conclure à l’existence d’une mainmise de la ressource en eau par les intérêts privés, ni à des faits de prédation, tant sur le territoire hexagonal qu’en Guadeloupe et sur les autres territoires ultramarins concernés. Bien qu’un certain nombre de faits graves aient été dénoncés par les personnes auditionnées, et en dépit du fait qu’elles ont toutes été invitées à communiquer tout élément utile à la manifestation de la vérité, elles s’y sont abstenues.

Concernant plus particulièrement le territoire de la Guadeloupe, les membres de la Commission reconnaissent l’existence de graves fautes de gestion, et à l’instar du constat posé à l’échelle nationale, en imputent également la cause à un modèle de gestion de la ressource en eau devenu obsolète (délégation de service public).
En vue d’apporter une contribution constructive et dans l’intérêt de la Guadeloupe, nous avons pris connaissance de l’ensemble des documents contractuels du SIAEAG et de la Générale des eaux afin de s’enquérir des responsabilités locales. S’agissant des autres périmètres de gestion, nous avons pu constater le choix de matériaux coûteux et inadaptés à la situation de la Guadeloupe et pourtant choisis en connaissance de cause.

Nous regrettons que les faits portés à la connaissance de la Commission et relatifs à la gestion des réseaux d’eau par les différents opérateurs privés en Guadeloupe, soient prescrits et qu’en outre, lors du départ de la Générale des Eaux un protocole transactionnel de non recours ait été signé. Il s’agit d’un blanc-seing pour l’impunité qui ne doit plus se reproduire.
Il n’en demeure pas moins que toutes les sources et causes de ces dysfonctionnements ont pu être identifiés, incluant la part de responsabilité incombant à l’État dans ce dossier, du moins à la gouvernance en place au moment des faits litigieux.

Ce rapport utile, à l’aube de l’installation du nouveau Syndicat mixte ouvert. La responsabilité collective et individuelle des nouveaux dirigeants doit permettre de tenir compte des erreurs et lacunes du passé afin d’offrir aux usagers une protection et jouissance satisfaisante de la ressource en eau, bien commun de l’humanité.

L’accès à l’eau touche à la dignité de la personne humaine. Bien conscient de cet enjeu, je propose plusieurs axes de réflexion et de reformation du mode de gestion actuel de la ressource « eau ».

Je m’inspire largement de la situation de la Guadeloupe pour garantir la fin du règne des opérateurs privés qui seraient tentés d’abuser de la souplesse de leur mode de gestion, pour s’abstenir d’entretenir les réseaux d’eaux au détriment du contribuable. Les propositions faites viennent également engager les élus locaux et associer les usagers afin qu’ils contribuent au contrôle.

Je suis satisfait d’avoir fait toucher du doigt, la gravité de la situation et le quotidien bouleversé des guadeloupéennes et guadeloupéens. Il est dès lors l’heure de dépasser les constats et de passer à l’action par un engagement financier substantiel de l’État pour compenser l’inaction de ses prédécesseurs, lesquels ont pu laisser la situation se dégrader, au grand malheur de la population locale.

La solidarité nationale devra jouer, de telle sorte que tous les compatriotes guadeloupéens aient de l’eau dans leur robinet, de manière continue et sans rupture d’égalité entre usagers selon son lieu de résidence sur le territoire.

Je suis engagé à concrétiser les propositions adoptées dans le rapport au cours des deux prochaines années.

Retrouvez la vidéo de la conférence de presse ici.

Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

Dans le cadre du projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, en séance publique, j’ai déposé deux amendements visant à favoriser l’adaptabilité du projet de loi aux Outre-mer pour prendre en considération notre contexte différent face à l’épidémie et face au taux de vaccination.

Le texte dans son écriture n’était pas adapté à la Guadeloupe et constituait selon moi une privation de liberté inacceptable. Il mériterait plus de différenciation notamment pour les territoires ultramarins.

J’ai voté contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale qui en découlait.